You are currently viewing Arthur, lauréat régional du Prix PEPITE avec son projet LIFT’UP !

Arthur, lauréat régional du Prix PEPITE avec son projet LIFT’UP !

Tout juste sorti de l’ISIFC, Arthur Carteron, actuellement ingénieur industrialisation au sein de la société IMASONIC, vient de se voir remettre un prix de 1500€ par PEPITE-BFC pour son projet LIFT’UP, une aide à la mobilité à destination des personnes âgées ou handicapées.

Le projet LIFT’UP

Issu d’une collaboration entre Arthur et deux amis de son lycée militaire d’Autun – Clément B. (DUT en génie Civil et construction durable) et Yannis K. (bachelor en RH et bi-licence en sociologie – sciences politiques) – ce projet a débuté il y a plusieurs années et répond à une problématique initiale concrète :

Le groupe voyait leurs grands-parents peiner à se lever et s’assoir. Ces douleurs physiques subies par les personnes âgées, malades, handicapés ou obèses, peuvent se transformer en véritables souffrances psychologiques, liées à la privation sociale causée par la dépendance. Les 3 collègues ont donc décidé de se lancer pour trouver une solution technologique à ce problème.


Arthur, accompagné de Clément et Yannis – ©Théo Lacassin

Mini Interview

Arthur, pourrais-tu m’expliquer plus en détails en quoi consiste la solution technologique de votre projet LIFT’UP ?

Nous avons souhaité développer un Dispositif Médical qui permette aux personnes à mobilité réduite de se lever et s’assoir sans avoir besoin d’autre aide extérieure.

Nous avons voulu faire de ce produit quelque chose de pliable et transportable pour améliorer la qualité de vie et l’indépendance des patients. Pour le confort de l’utilisateur, il fallait créer une solution permettant de conserver le dos droit durant toute la phase de transition et permettant de se lever et s’asseoir sans aucune sollicitation musculaire.

La solution technologique LIFT’UP, dans sa première version


À quel moment as-tu enclenché la démarche PEPITE ?
Qu’est-ce que tu as du faire exactement pour présenter le projet ?

J’ai sollicité la démarche PEPITE-BFC en début de l’année scolaire 2021-2022. J’ai fait un oral devant un jury pour présenter mon projet et qu’il soit accepté dans le dispositif. J’ai fait plusieurs Boot camps (séjours thématiques), basés sur des points importants du développement du projet, la construction de la proposition de valeur, construire le modèle d’affaire, la faisabilité financière du projet et la préparation du concours PEPITE.

Ce fût une expérience ludique qui permet d’apprendre et d’avoir une approche sur les différentes thématiques de l‘entrepreneuriat. Nous avons eu également l’occasion de nous confronter à nos pairs, ce que nous considérons très utile : la concurrence saine permet de s’améliorer et pousse à offrir le meilleur de soi-même.

Et donc-vous avez participé au concours et obtenu un Lauréat Régional !

Oui, nous avons réalisé un oral devant un jury pour concourir au prix PEPITE, et nous avons obtenu le coup de cœur du jury. Lors de cette soirée de remise des prix, nous avons été agréablement surpris de voir le dynamisme entrepreneurial des étudiants de la région. Le prix nous a été remis par le MEDEF BFC qui nous a largement encouragé à continuer dans cette voie.

Nous saluons d’ailleurs l’UTBM pour l’organisation de l’évènement.

C’est super, félicitations !
Et donc, quel est l’avenir professionnel du projet ? Y a-t-il des pistes ?

Nous avons été repérés par les chargés d’affaire de l’incubateur DECA-BFC suite au Hacking Health 2021. Nous y sommes aujourd’hui incubés, et suivis par de nombreux acteurs comme la BPI, l’INPI ou bien le Grand-Besançon-Métropole.

Une startup est en cours de création, et il existe actuellement un prototype concret qui sera amélioré pour être testé sur de vraies personnes. En parallèle, nous avons des partenariats avec des plateformes comme SUP’ MICROTECH (ENSMM), l’UTBM Biotika® (début 2022), et d’autres bureaux d’études locaux.

De mon côté, je travaille désormais chez IMASONIC en tant qu’ingénieur industrialisation, donc je serai là en fonction support sur le projet LIFT’UP à temps partiel.

Merci pour ce témoignage et bon courage pour la suite !